10 questions à Hervé Tullet

1) Vous êtes connu grâce à vos livres pour enfants, vos expositions, vos performances ainsi que les ateliers que vous animez avec les enfants. Avant cela, vous étiez directeur artistique dans la publicité. Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser au domaine de l‘enfance ?

« J’ai quitté la publicité pour devenir illustrateur et j’ai fait mon premier livre jeunesse un peu par hasard. Assez rapidement j’ai senti qu’il y avait un terrain de jeu et de créativité incroyable que j’ai exploité un temps en créant des livres que je voulais un peu hors des sentiers battus de l’époque. Mais c’est quand j’ai commencé à aller dans des écoles, dans des endroits sensibles pour y mener des ateliers que je m’y suis plongé corps et âme. J’ai compris le relai incroyable que pouvaient être les enseignants et les bibliothécaires pour faire vivre mon travail et j’ai vu l’impact que pouvait avoir l’irruption d’un artiste dans le quotidien de ces jeunes élèves. »

2) Pendant vos ateliers, lorsqu’on vous voit interagir avec les enfants, on a l’impression que vous parlez le même langage. Ils vont exactement là où vous voulez les amener, et en même temps on constate que vous leur laissez une grande liberté de création. Quelle est la recette pour que la magie opère ?

« Je parle souvent avec les onomatopées, je demande souvent des points, des traits, des taches, des gribouillages. C’est facile, c’est « enfantin » comme vocabulaire. Ils comprennent très vite qu’il n’y a pas d’enjeu, que tout le monde dessine aussi bien ces traits, ces points, ces gribouillages. C’est naturel pour eux. Là où la magie opère c’est quand les adultes qui les accompagnent comprennent tout ça, que je n’ai pas d’autre stratégie que de m’amuser, d’offrir un moment de création partagé… bref, de faire un beau cadeau ».

3) Vous avez fait des interventions dans les quatre coins du monde, avec des enfants de tout milieu, de toute nationalité et culture. Ces interventions ont toute la même finalité : inviter l’enfant à découvrir, expérimenter et créer. Avez-vous vu des disparités entre les différents enfants dans leur manière d’appréhender ces thèmes ?

« L’enfant est partout le même, il a toujours envie de s’amuser »

Une lecture en Chine

4) Vous avez dit que votre travail était de « cerner la pensée en train de se faire ». Pouvez-vous nous expliquer cette phrase ?

« Mon travail est de donner la possibilité d’être dans le geste et dans l’instant, ce même instant où l’on trouve une idée (comme de mettre un point jaune sur un point rouge) C’est ce moment-là que je cherche à vivre et à faire vivre. Le résultat est secondaire ».

5) Vous avez animé des ateliers avec des enfants non-voyants. Pouvez-vous nous parler de cette expérience et comment avez-vous réussi à compenser la vue dans le processus de création ?

« Je pars sans a priori et sans idée préconçue, d’une certaine façon, avec ces enfants, j’ai fait comme d’habitude, des lectures, ateliers peinture, sculpture, des jeux de sons et autres. Je réagis à l’instant, au moment présent et c’est un formidable moment, très émouvant bien sûr. Comme je le disais précédemment, tous les enfants sont pareils, ils ont envie de s’amuser. »

6) Dans votre livre « on joue », vous invitez l’enfant à suivre un point jaune avec son doigt tout au long de la lecture et l’embarquez dans votre aventure. Quel serait le parcours de ce point s’il sortait du livre ?

« Je dis souvent que mes livres ne sont pas tout à fait fini. J’essaie de laisser un espace aux lecteurs pour s’immiscer dans mon travail, pour que, comme vous le dites si joliment, le point jaune sorte du livre. Récemment on m’a envoyé la vidéo d’une ligne qui parcourait des couloirs et des couloirs dans une école, quelques moments de pause, pour faire une activité ici ou là. C’est merveilleux de recevoir ces vidéos et de voir mon travail sortir du livre, que des gens s’approprient avec leur propre créativité. »

La vidéo en question : https://www.instagram.com/p/CK6mTcEoSLj/

7) Dans votre livre « j’ai une idée » vous dessinez et racontez la naissance d’une idée. Il y a des idées, puis un jour, LA bonne idée. La morale de l’histoire est que quand on cherche, on trouve, et que les idées sont partout autour de nous mais qu’on ne les voit pas toujours. Quelle a été votre meilleure idée et ou se cachait elle ?

« Ma meilleure idee c’est peut être de ne pas avoir peur de ne pas en avoir, et de chercher constamment la suivante ce qui évite de se répéter, et aussi de ne pas la garder pour moi, mais de la donner constamment, aux autres, ainsi elle est vivante et s’enrichie en permanence. »

J’ai une idée

8) Selon vous, quel rôle joue la création dans le développement des enfants ?

« Il me semble qu’il y a beaucoup de possibilités pour apprendre par la creation et par le jeu, il est aussi possible que dans ce domaine, invention, intuition, créativité, ingéniosité fulgurante, évidence, les enfants ont peut être quelque chose à nous apprendre, et peut être que donner les outils créatifs aux enfants leur permet d’apprendre en s’amusant mais aussi plus intensément. Je ne suis pas un expert mais mon experience m’a convaincu de cela. »

9) Quel conseil donneriez-vous aux parents et aux enseignants pour éveiller la curiosité des enfants et les inviter à créer ?

« Dans la continuité de la question précédente, la première chose qui me frappe dans mes expériences c’est à quel point les enfants s’emparent de la responsabilité quand on leur donne et j’ai l’impression que c’est assez rare. Ils sont, quand on leur donne cette responsabilité, très sérieux. Dans mes ateliers, on joue très sérieusement. »

Workshop au Guggenheim, New York

10) Pour finir, pouvez nous parler de votre prochain événement ?

« Ma dernière grande expérience c’est l’expo idéale, une expo de moi que l’on peut faire sans moi, en petit, en grand ou en géant, sans moi et parfois avec moi. Ce projet a démarré en 2018 et c’est une aventure formidable. Je reçois de plus en plus d’expos idéales, très créatives, très différentes et c’est un plaisir tous les jours renouvellé que d’en recevoir des nouvelles. Pour découvrir et parciper à ce projet c’est ici : https://lexpoideale.com/fr/

Je prépare pour cet été aux états unis au musée Albright Knox de Buffalo ma plus grande expo ideale sur 2000 m2 environ , une expo de moi, et cette fois avec moi. »

http://www.herve-tullet.com/

https://lexpoideale.com/fr/

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Follow us!