10 questions à Bertrand GIMONET, auteur jeunesse et militant pour la prévention du syndrome du bébé secoué

1) Vous êtes auteur de livre jeunesse, vous avez écrit la rentrée de Tom, qui évoque le syndrome du bébé secoué. Pouvez vous nous expliquer ce qu’est exactement le syndrome du bébé secoué?


Le syndrome du bébé secoué est un traumatisme crânien non accidentel effectué par un adulte. L’adulte prend l’enfant principalement par les aisselles et effectue un mouvement violent d’avant en arrière. La tête du bébé est ballotée d’avant en arrière. Le cerveau choque la boîte crânienne provoquant le déchirement des vaisseaux sanguins entourant le cerveau, des œdèmes cérébrales et des saignements.

Pour le cerveau du bébé, cela correspond à un choc frontal, en voiture, à plus de 90km/h, avec tonneaux.

La non compréhension des besoins du bébé ou de ses pleurs associée à la mauvaise gestion de la colère amène l’adulte à effectuer le geste de trop, celui de secouer son enfant. 

Plusieurs centaines d’enfants sont secoués chaque année en France. Cela concerne les enfants de moins d’un an, dont majoritairement 2/3 des cas de moins de 6 mois. Plus de 10% des bébés décèdent et 75% des bébés secoués gardent des séquelles irréversibles.
Vous trouverez plus d’informations sur mon site htpps://bertrandgimonet.com dédié à la prévention du syndrome du bébé secoué.
Souvenez vous SECOUER TUE ou HANDICAPE.
Si vous êtes exaspéré par les pleurs de votre bébé, posez votre bébé sur le dos dans son lit en toute sécurité et quittez la pièce pour retrouver votre calme. Appelez votre conjoint ou un ami de confiance pour prendre le relais-prenez des respirations profondes, une douche, écoutez de la musique douce,….

Ne restez pas seul face aux pleurs de votre enfant et de votre exaspération. Demandez de l’aide ne fera pas de vous de mauvais parents.

2) Pouvez vous nous raconter votre propre histoire? 

Je suis le papa de 4 enfants dont mon second, Tom est décédé suite aux secouements effectués par sa nourrice en septembre 2014.

Il a été secoué à 3 reprises. En ce 29/09/2014, cette assistante maternelle, Béatrice, a secoué Tom pour la 3ème fois provoquant un arrêt cardiorespiratoire.

Après une prise en charge par les pompiers et le SAMU, le miracle a eu lieu. Son coeur est reparti.Il fut héliporté au CHU de Besançon.
2 jours plus tard, j’apprenais que mon Tom a été maltraité à plusieurs reprises et qu’il s’agissait du syndrome du bébé secoué. Les examens se sont enchaînés : IRM, fonds d’œil, ECG, radiographies… pour constater qu’après 14 jours, son cerveau était mort. Je n’avais plus aucune chance de retrouver mon Tom, même handicapé.


Après concertation avec les médecins, l’inévitable s’imposait à nous. Nous allions devoir choisir le jour et l’heure où nous allions débrancher notre fils. Ce fut ce dimanche 12 octobre 2014 où à 14h, l’infirmière arrêta le respirateur et enleva tous les tuyaux. 2h30min plus tard, nous vîmes notre Tom arrêter de se battre pour survivre, s’étouffant dans sa salive. Il respira une dernière fois, son coeur s’arrêta de battre…. la vie l’a quitté.

Après ce 12 octobre, un nouveau chemin de vie s’est imposé à moi. 


3) Quel message souhaitez vous délivrer à travers ce livre?


En plus du message de prévention sur le syndrome du bébé secoué, en écrivant « La rentrée de Tom, bébé secoué » j’ai voulu aborder l’acceptation de la différence et du handicap. J’ai souhaité également finir cette histoire par un message d’espoir pour les parents et fratries victimes.

J’ai construit ce livre pour que cela soit un outil de prévention mais surtout un outil d’aide pour les parents, les professionnels de santé et de la petite enfance. Le dialogue simple entre Tom et Simon et les douces illustrations de Korrig’Anne permettent d’aborder ce sujet si difficile qu’est cette maltraitance.

4) Après le drame que vous et votre famille avez vécu, comment avez vous trouvé la force de vous relever et de transformer la douleur en création pour la partager avec d’autres parents?


Les mois qui ont suivi l’enterrement de Tom, nous avons subi ce deuil, cette incompréhension et cette injustice. Quelle douleur de voir mon grand vivre également ce deuil. Nous avons appris chacun à sa façon à vivre ce deuil, à apprendre à vivre sans Tom et à faire face à ses émotions. J’ai vécu la perte de mon fils Tom comme une nouvelle naissance. La vie d’avant n’existe plus, elle est morte en même temps que Tom. J’ai appris à me découvrir, à devoir gérer cette colère et à la mettre au profit de l’autre en faisant de la prévention sur le SBS.

Pour aider mon grand à faire face à ses questions : pourquoi il est mort? il est où? C’est quoi secouer? etc… j’ai cherché sans succès un livre adapté aux enfants pour parler du SBS. Un jour, par le hasard de mes rencontres, une psy m’a convaincu de me lancer dans cette nouvelle aventure : la création de ce livre. Moi étant plus un profil scientifique que littéraire je ne pensais pas un jour écrire un livre.  Je savais que c’était impossible mais je l’ai fait! 

Comment ai-je pu trouver cette force? A vrai dire je ne sais pas. Mon souhait, non mon devoir est de rendre hommage à mon fils et faire en sorte qu’aucun père puisse voir son fils mourir dans ses bras. Je n’ai pu sauver mon fils. Cette Béatrice m’a enlevé une partie de moi et par mon combat, je lui redonne vie. J’espère que de là haut il est fier de moi; et qui sait un jour il me fera signe.


5) Vous avez fait de la prévention du syndrome du bébé secoué votre combat. Quels sont les événements ou actions que vous menez au quotidien?


La lutte contre le syndrome du bébé secoué passe par la prévention, l’information tout à zimut. Je suis au service d’associations et actuellement je travaille avec l’association Enfance et Partage pour agir au niveau national tant sur le terrain qu’avec les autorités.
Bénévolement, je fais des conférences via les réseaux sociaux mais également quand cela est possible en physique auprès des professionnels de santé, de la petite enfance ou des parents. La prévention passe également par la formation des jeunes parents à la maternité.

6) Avez vous obtenu justice quant au drame que vous avez subit?


Aucune justice ne me ramènera mon Tom. Mais, une justice juste m’aurait aidé dans mon deuil. Cette Béatrice a été condamnée à 7 ans de prison ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer pour avoir commis des violences habituelles ayant entraîné la mort. Est ce juste?

Ma famille est condamnée à vie à vivre sans lui!!

7) Derrière ce papa blessé et meurtri vous rayonnez par votre humour, votre optimisme et votre générosité. Quels messages souhaiteriez vous transmettre aux personnes en deuil et dont la vie s’écroule du jour au lendemain pour retrouver le goût à la vie?


Battez vous!! Ne lâchez rien!!! Vous vivez des moments difficiles et c’est normal mais sachez qu’au bout du chemin, le bonheur existe et vous ne le savez peut-être pas encore mais vous allez pouvoir être à nouveau heureux. Croyez en vous!


8) Dans la rentrée de Tom, vous abordez le theme du handicap lié au syndrome du bébé secoué. Ces sujets difficiles sont encore très peu abordés, notamment dans les livres jeunesse. Comment avez vous réussi à transformer ce thème en une belle histoire pour enfants et adultes?


75% des bébés secoués gardent des séquelles irréversibles pouvant aller à des handicaps très lourds. Parler du handicap était une évidence et c’est l’occasion de rendre hommage à tous ses parents devant se battre quotidiennement pour leurs enfants. J’ai beaucoup échangé avec ces parents d’enfants handicapés et que d’émotions j’ai eu, quand je voyais ce garçon de 5 ans se battre pour marcher normalement! Cet esprit combatif de ce grand m’a aidé à poser le dialogue entre Tom et Simon. Même handicapé, Tom est comme les autres, normal. Simon va lui montrer que lui aussi peut jouer au foot.

9) Ou peut-on acheter votre livre et comment pouvons nous vous aider à mener ce combat?


Mon livre est disponible en vente sur mon site https://bertrandgimonet.com mais également chez les distributeurs habituels tels que FNAC, Amazon, Cultura, Decitre ou Publishroom…

Comment m’aider? aller découvrir mon site dédié à la prévention du syndrome du bébé secoué. Vous trouverez des informations, flyers, affiches et spots de prévention et partagez-les avec vos amis. Donnez le flyer à votre médecin, pédiatre ou aux jeunes parents que vous connaissez. Ce sont ces gestes simples qui permettent d’alerter. Une fois secoué, il est trop tard!
C’est vos commentaires, vos partages qui vont permettent de faire en sorte que cette maltraitance ne soit plus tabou.

10) Avez vous d’autres projets à venir?


Je viens juste de sortir mon second livre jeunesse: Léa, mon étoile filante. C’est une histoire pleine d’émotions où des parents et un grand frère vont affronter la plus dure épreuve pour une famille, la perte d’un enfant, d’une sœur, Léa. Par le biais du regard de Théo, nous allons pouvoir ressentir ses émotions et découvrir comment cette famille se bat pour faire face à cette perte et donner du sens à leurs vies.

D’autres bonnes nouvelles à venir. N’hésitez pas à me suivre sur bertrandgimonet.com

Articles recommandés

1 commentaire

  1. Merci pour votre soutien. Continuez !! Bravo pour votre blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Follow us!